Pasteur J.-M. Thobois : A OFRA, UNE ETONNANTE RENCONTRE....

 

 Pasteur Jean-Marc Thobois

 

Rencontre avec le Rav Avraham Guisser, Rabbin d'Ofra

 

Ofra, dans le pays de Benjamin parfois qualifié de « territoire palestinien occupé » est un véritable havre de paix. C'est une région qui est le cœur même du pays d'Israël, promis au peuple Juif par l'Eternel et dont ce peuple a été chassé depuis 2000 ans et dans lequel il revient aujourd'hui. Selon les antiques prophéties, notamment de Jérémie qui déclarait à Rachel « la mère des douleurs  d'Israël » tes enfants reviendront dans leurs frontières ».

 

N'importe qui peut aujourd'hui constater que c'est chose faite. C'est ce qui m'a une fois de plus été donné de faire le 10 Mai 2012, grâce à notre ami David Pasder.

 

Mais, ce qui a été le plus impressionnant pour le chrétien et pasteur que je suis, a été l'entretien que m'a accordé dans cet endroit symbolique le [Rav Avraham Guisser] rabbin de ce village composé quasi exclusivement de juifs religieux. J'eus l'occasion de rencontrer un homme affable, d'une grande ouverture d'esprit avec lequel j'eus la possibilité de constater la grande convergence de vues que nous partagions quant à l'accomplissement de ces mêmes prophéties. On sait l'abîme d'hostilité qui durant des siècles a opposé juifs et chrétiens tels Esaü et Ya'acov, les frères ennemis.

 

Les sages d'Israël se basant sur un principe qui veut que « ce qui est arrivé aux patriarches soit une prophétie de ce qui arrivera à leurs descendants » ont affirmé que Esaü et Ya'acov représentent le premier: le monde chrétien, et le deuxième: le monde juif, frères ennemis s'il en fut. Ils ont déclaré que cette inimitié durerait tout le temps de l'exil d'Israël, comme ce fut le cas durant le temps que Ya'acov passa chez Laban, de même que le monde chrétien s'opposerait au retour d'Israël dans son pays comme ce fut le cas pour Esaü quand Ya'acov se mit en devoir de revenir dans le pays de la promesse, mais qu'alors lorsqu'Israël serait revenu sur sa terre cette hostilité prendrait fin et qu'il y aurait réconciliation entre les frères ennemis.

 

Cette rencontre hautement symbolique à Ofra entre le Juif et le Chrétien, le descendant de Ya'acov et celui d'Esaü était typique de ce qui commence à se passer, alors qu'Israël revient dans son pays: le temps de la réconciliation de la redécouverte et du respect mutuel.

 

Aujourd'hui, de nombreux chrétiens évangéliques dans le monde entier prennent au sérieux les ordres prophétiques qui leur sont donnés de participer au retour d'Israël dans sa patrie ancestrale: « Je lèverai ma main vers les nations, j'élèverai une bannière pour les peuples, ils amèneront tes fils entre leurs bras, ils porteront tes filles sur leurs épaules « (Is. 49 v 22) ou encore « Les fils de l'étranger rebâtiront tes murs » etc. (Is 6O v 1O) de sorte qu'une nouvelle page est en train de s'ouvrir dans les relations entre juifs et chrétiens, conformément à ce qu'annonce la Bible

C'est pourquoi cette rencontre à Ofra a revêtu pour moi une grande signification comme signe des temps, une rencontre captivante et réjouissante qui a eu lieu précisément au cœur même du pays biblique où se réalisent des événements prophétiques près de Shilo premier sanctuaire du pays, près aussi de Béthel ou on peut encore voir la pierre dont Ya'acov fit son chevet et de tant de lieux dont parle la Bible: Geva, Michmas, Anatot etc. autrefois désertés et qui tels les ossement desséchés d'Ezéchiel, reprennent vie.

Nous vivons des temps de restauration, de guérison des blessures anciennes.

 

Comment ne pas bénir le Tout-Puissant de nous permettre de vivre et de voir ces temps uniques !

Comme le dit l'antique bénédiction: « Béni soit celui qui nous a fait vivre, qui nous a fait subsister et nous a fait parvenir jusqu'à ce temps ».